L’invitée du mois n°1 : Amandine Forgali

Une histoire qui ressemble à nos histoires à chacune. Une histoire qui se lit comme on passerait la soirée à en discuter avec une amie. L’histoire touchante d’une PMette qui est allée jusqu’à la publier pour transmettre, pour que ces histoires ne restent pas confinées à nos seuls blogs – pour que d’autres filles sur le chemin se sentent moins seules ; pour que ceux qui ne sont jamais passés par là puissent aussi toucher du doigt ce parcours, comprendre peut-être un peu mieux ce que ça représente ; pour qu’enfin, petit à petit, le tabou de l’infertilité s’effrite

Parce que j’ai aimé lire son livre, parce que j’ai été touchée par la force qu’elle a dû avoir pour aller jusqu’à le publier, et parce que ce livre nous est dédié à toutes, je vous propose aujourd’hui – pour celles qui ne la connaissent pas encore – de faire la connaissance d’Amandine Forgali, auteur du livre « Un GPS pour la cigogne ».

C’est ma première ‘invitée du mois’, et je lui cède la parole !

Bonjour et merci de me laisser une petite place sur ton blog, Kaymet.

 Je ne sais pas trop par où ni comment commencer alors je vais essayer de laisser glisser mes doigts sur le clavier, pour qu’ils vous disent ce qu’ils ont envie, eux… (et ne croyez pas que mon cerveau se situe dans mes doigts, ce n’est pas le cas)

 Je m’appelle Amandine Forgali et je suis une PMette. Je suis et non pas j’étais car cette « étiquette » me caractérise désormais à vie. Je ne fais pas partie de celles qui veulent tirer un trait sur leur parcours ni de celles qui souhaitent oublier. Moi, je veux au contraire qu’on continue d’en parler, beaucoup même s’il le faut, et qu’on en soit fier. Sans la PMA, jamais je n’aurais pu être maman. Et sans internet, jamais je n’aurais eu la force et le courage d’affronter tout ça aussi bien.

 Au début de mes essais, j’avais acheté une magnifique petite paire de chaussons brodés à la main. Mon idée était de les offrir au papa dès que je serai enceinte. C’est-à-dire dans deux ou trois mois ? Non… six ans ! (je les avais même oubliés tellement que je les avais bien cachés et que les années ont passé, pff). Je me sentais désespérément seule. Je n’avais pas le net à la maison et personne ne connaissait l’infertilité et la PMA dans mon entourage. Ma tête, à qui on disait que tout était de sa faute, commençait à gamberger en se demandant si les autres n’avaient pas raison tout compte fait… Et si mon infertilité venait de là ?

Puis, je suis devenue « moderne », et mon premier clic s’est posé sur un forum rempli de femmes comme moi. Je n’en croyais pas mes yeux ! Des dizaines, des centaines d’infertiles à qui je pouvais enfin dévoiler mes états d’âme sans paraître pour une frustrée maniacodépressive en mal d’enfant ! Que c’est bon de pouvoir pleurer avec des personnes qui vous comprennent…

 Ce livre, Un GPS pour la cigogne, est une histoire parmi tant d’autres, pas la pire ni la plus facile, mais c’est mon histoire et je la partage. Parce que je veux que les autres, les pas comme nous, les normaux quoi, puissent avoir la possibilité de comprendre ce qu’on vit. Et qu’on n’a pas toujours les mots ou la force de leur expliquer. Parce que je veux aussi laisser un message d’espoir à toutes les PMettes qui sont encore en galère.

Il faut bien qu’ils sachent, les autres, ce qu’on ressent, nous ! Ce que c’est de vivre avec cette incertitude permanente de savoir si oui ou non, on sera un jour maman (et papa), si nous aussi on pourra vivre l’incroyable expérience de la grossesse, de l’accouchement, des couches sales, du bib ou du sein, bref du maternage quoi ! Ce truc si simple pour eux qui n’est qu’un espoir de l’être pour nous. Avoir un enfant, c’est tellement merveilleux que cela mérite bien un combat ! Et ce n’est qu’après avoir lu mon livre que mes proches ont enfin compris pourquoi j’appelais ce parcours, un combat.

 Bon, j’arrête là mon monologue qui j’espère ne vous a pas paru trop longuet. Faut dire que j’ai toujours aimé écrire… cela a commencé avec le rouge à lèvres de ma mère avec lequel j’ai « écrit » sur ma figure à l’âge de quatre ans. Cela s’est poursuivi avec les milliers de messages sur des forums puis avec mon témoignage dans un bouquin. Et cela continue aujourd’hui, avec la suite de mes aventures PMesques, l’histoire de bébé 2, qui mérite autant de pages que le premier. Une affaire à suivre… et à lire.

Pour en savoir plus:
http://amandine-forgali.e-monsite.com/
https://www.facebook.com/amandine.forgali
https://www.facebook.com/pages/Un-GPS-pour-la-cigogne/260654553947001

Publicités
Cet article a été publié dans Fertiles pensées, Tout et son contraire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour L’invitée du mois n°1 : Amandine Forgali

  1. C’est tellement juste, ça fait tellement du bien de se sentir moins seule… Et d’arrêter de croire que c’est dans la tête.
    Au début, les remarques déplacées ou maladroites de mes proches me faisaient de la peine, beaucoup de peine. Et maintenant je sais que, non, ce n’est pas dans ma tête et que je ne suis pas la seule à devoir faire face. Alors ça me touche beaucoup moins.
    Je me réjouis de lire ce livre.

    • Kaymet dit :

      Perso, ça m’aide toujours les témoignages des autres, ça permet de relativiser et effectivement de se sentir moins seule. Tu me diras ce que tu en as pensé si tu le lis?

      • Il faut qu’il soie distribué en Suisse, ce qui n’est pas sûr. J’avais voulu lire le livre : In Vitro: Désirer et vouloir…Et dans ma librairie, ils n’ont jamais pu me le commander…On verra, autrement ce sera pour plus tard, je passe en France en novembre :-). Mais sur que je te dirai ce que j’en ai pensé…

      • Kaymet dit :

        Pour info je l’avais commandé sur Amazon – ils doivent livrer aussi en Suisse je pense (vu qu’ils me l’ont amené jusqu’aux Pays-Bas ;)). Tu verras bien ce qui t’arrange le mieux 🙂

      • T’as raison, je n’avais pas pensé à cette option…Suis encore un peu rétro, je vais dans les librairies 😉

      • Kaymet dit :

        En fait ici j’ai pas tellement le choix… vu que j’aurais du mal à lire un livre en néerlandais. J’en trouve quelques-un en anglais (en encore pas des masses dans notre coin perdu), mais alors en français, faut pas rêver! 😉
        Ceci dit j’adore les librairies, on en a deux très chouettes pas loin, dont une qui vient d’ouvrir et que je trouve vraiment jolie, mais je suis frustrée de ne pas avoir tellement de raison d’aller y passer du temps…

  2. Lulu dit :

    Merci Kaymet de mettre en lumière ce parcours qui est, un peu (beaucoup !) le nôtre aussi. Bravo à Amandine d’avoir dit les choses. Je n’ai rien à rajouter si ce n’est que cette phrase me parle :
    « … Ce que c’est de vivre avec cette incertitude permanente de savoir si oui ou non, on sera un jour maman (et papa)… »

  3. Si les pmettes se retrouvent si bien et trouvent tant de réconfort sur la blogo, c’est bien je pense parce qu’il faut le vivre (hélas) pour le comprendre. Beaucoup, autour de moi, connaissent mon parcours (qui est en pause pma, ou en fin, on verra) et s’il est parfaitement compris dans les faits, je m’aperçois qu’il ne peut être ressenti. Normal mais frustrant. Alors, merci la blogo pour ce terrain fertile où poussent dans l’ombre tant de courageuses pmettes. Où tant de rêves se voient aussi réalisés, porteurs d’espoir pour toutes celles qui restent – encore – à quai… Bravo à toi Amandine pour ce livre et à Kaymet pour le relais…

    • Kaymet dit :

      C’est clair que la blogo n’a pas d’égal ailleurs. Je me demande comment l’infertilité était vécue avant internet; ça devait être sacrément dur (d’autant plus bien sûr que les traitements étaient quasi inexistants et les mentalités encore moins ouvertes qu’aujourd’hui…).
      Je viens d’aller faire un tour sur ton blog – je ne connaissais pas ton histoire, et le moins que je puisse dire c’est qu’elle est touchante; enfin flippante serait sans doute plus approprié à certains moments… mais je suis épatée par ton recul aujourd’hui et ta joie de vivre retrouvée. Ça fait vraiment chaud au cœur. Je te souhaite que cette joie continue et se multiplie au fil des années, quelle que soit ton histoire par la suite.
      Et merci pour ton passage par ici et pour ton soutien!!!

  4. Penelope6 dit :

    J’ai lu ce livre en même temps que j’attaquer ma FIV 1 bis et il m’a beaucoup aidé. Je le conseille vivement. On se sent moins seules. Merci à Amandine. D’ailleurs c’est après avoir lu ce bouquin que j’ai créé mon blog et surtout créer des liens avec des femmes qui subissent l’infertilité et pour qui j’ai bcp d’estime et d’admiration. Ca aussi me donne force et courage ! Il faut continuer à parler de l’infertilité….Et ne surtout pas en avoir honte. C’est une souffrance et il faut apprendre à vivre avec et surtout ne jamais baisser les bras.

  5. Alyzeeduvar dit :

    C’est bien pour ça que j’ai surnommé mon petit bout Rocky!!!!!! Je vais ce livre sur ma liste des ouvrages à lire 😉

    • Kaymet dit :

      Ton Rocky c’est un winner – forcément. Et j’espère qu’il a motivé ses potes avant de venir, à le rejoindre du côté de chez nous… 🙂
      Tu me diras si le livre t’a plu!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s