Mon premier accouchement

Septembre 1994, j’ai 20 ans. Dans quinze jours je quitte l’appart de mes parents pour aller faire mes études à Toulouse.

Je suis réveillée à 6 heures du matin (ce qui est loin d’être mon habitude), mon lit est trempé, ma minette gémit à mes côtés, ses yeux semblent m’appeler à l’aide, elle ne paraît pas comprendre ce qui lui arrive ; elle vient de perdre les eaux.

Quelques minutes plus tard, ma main – tel un anneau de dentition – l’a aidée à gérer la douleur ; un petit ‘raton’ tout mouillé est encore accroché au cordon, et la minette est toujours aussi perdue, cherche mon aide. Alors je prends une paire de ciseaux, je coupe le cordon, je vais chercher un carton avec une petite couverture, et j’y transfère la mère et son petit. Le deuxième naît là, et elle retrouve son instinct, s’occupe de tout toute seule comme l’a prévu la nature.

Une heure plus tard, j’annonce à mes parents qu’on a deux nouveaux pensionnaires, bien plus tôt qu’on ne le pensait – mais ils ne sont que deux, ceci explique cela.

Août 2012, je viens de passer une semaine avec ma minette. Mes parents sont partis en vacances. Ma petite boule de poils a plus de 21 ans, elle est quasi-aveugle, elle dort beaucoup, elle mange, elle arrive encore souvent à faire ses besoins dans sa caisse (pas toujours), elle ronronne quand je la prends sur mes genoux. Elle n’est plus que l’ombre d’elle-même, elle est plus que ‘centenaire’, mais elle est toujours là.

Etrange semaine :
– seule dans cet appart comme quand j’étais ado, parfois, avec juste ma minette comme compagne, toujours fidèle au poste ;
– sport à la télé, comme si souvent là-bas ;
‘best of des années 80’ à la télé aussi, pour couronner le tout…

Je ne sais plus trop quel âge j’ai.

Heureusement(??!), une tique me renvoie à la case médecin, à la case labo d’analyse, à la case réalité, quotidien 2012 ou presque… Et toc.

J’en garde un sentiment confus : d’émerveillement devant la beauté de cette ville que j’aime tant, d’émotion vive de l’accompagnement d’un peu de cette fin de vie, d’envie si forte de faire découvrir ces lieux à mes enfants…

Publicités
Cet article a été publié dans Ces moments-là, Retomber en enfance. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Mon premier accouchement

  1. Apo dit :

    C’est touchant ton texte. Parfois ce sont des situations, des souvenirs qui nous font prendre conscience du temps qui passe, de qui on est vraiment, de ce qu’on veut vraiment. J’espère que tu garderas ta chatte encore longtemps et que tu pourras faire découvrir cette ville (dans la région toulousaine??) bientôt à ton/tes enfants… Apo

    • Kaymet dit :

      Merci Apo. Je ne pense pas que la minette va résister longtemps – j’espère juste qu’elle tiendra le coup jusqu’au retour de mes parents (c’est la voisine qui a pris le relais)… Mais elle nous a déjà étonnés plus que ça!
      La ville est en fait dans le sud-ouest de la région parisienne; c’est beaucoup moins ‘glamour’ que la région toulousaine 😉 mais c’est très joli aussi.
      Je penserai à toi mardi, à tes follicules ping pong et à ton joli endomètre!! 🙂 Bises

  2. Elle est jolie ton histoire… Les chats de mon enfance font aussi partie intégrante de ma vie et correspondent aussi à un lieu, une époque. Notre suite viendra aussi avec ses chats :-)… Bises.

    • Kaymet dit :

      Les chats sont des animaux incroyables 🙂 des éponges à émotions, ils partagent des bribes de nos vies. Et je leur en suis tellement reconnaissante!
      Où en es-tu de ton côté? Est-ce que l’espoir d’un petit miracle entretient toujours tes rêves?
      Bises

      • Petit miracle… oui elles se font attendre (elles auraient du arriver hier)…Malheureusement je ne suis pas optimiste. Il faut dire qu’elles sont TOUJOURS venues…
        Et toi, tu commences ton cycle aussi dans ces parages non?
        Tu es de retour aux Pays Bas?
        Bises

      • Kaymet dit :

        Oui je suis de retour aux Pays-Bas, et mon cycle devrait commencer vendredi – à moins d’un petit miracle… 😉
        On y croit / on n’y croit pas / on verra… on laisse la vie décider, d’accord?
        Bises

  3. Ping : Puisque c’est la rentrée | unenfantpeutetre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s