The Show Must Go On

Tout d’abord je voulais vous remercier. Toutes. Profondément et sincèrement.
MERCI
Je me disais que sans le blog, sans votre soutien, la semaine qui vient de s’écouler aurait été encore tellement plus difficile. Vos commentaires m’ont beaucoup touchée, chacun à leur façon – certains m’ont fait sourire, d’autres réfléchir, la plupart pleurer ;
et j’avais besoin de tout ça.

Ce midi, pendant les 4 minutes qu’on a passé dans la salle d’attente de la clinique, ils passaient ‘The Show Must Go On’, et ça nous a bien fait rigoler – et là je me suis dit : si on rit, quand même, c’est bon signe !!

A l’écho, rien de neuf ; le petit embryon est toujours là, pas plus gros que la semaine dernière bien sûr. Mais cette fois-ci on a pu parler, discuter des options possibles, de la suite. En gros, trois options sont possibles :

  • soit le petit embryon prend sa valise et s’en va tout seul – ça, ce serait l’idéal, mais il a l’air bien accroché, et du coup ça peut durer très longtemps ; de toute façon, une intervention médicale aura lieu d’ici une semaine ou deux si rien n’a bougé.
  • soit la chimie des médocs l’aide à se décider – là c’est apparemment très douloureux et assez gore (je me souviens avoir lu des bribes d’expérience auprès de plusieurs d’entre vous…), et le principal risque est semble-t-il que l’état des lieux ne soit pas nickel, et que du coup un curetage soit quand même nécessaire.
  • soit la physique et mécanique du curetage le délogent – là c’est une opération sous anesthésie, avec les risques que cela comporte, et avec des risques de lésion au niveau de l’utérus et du col, pouvant entraîner des complications pour les futures grossesses (certes, ces risques ne sont a priori pas très importants, et puis des curetages, ils en font beaucoup – mais c’est quand même un tantinet flippant).

A nous de voir ce qu’on préfère…

Idéalement, j’aimerais que la première option soit possible : je parle au petit embryon ; je lui dit qu’il peut lâcher maintenant, qu’il s’est bien battu et qu’il a fait tout ce qu’il a pu, mais qu’il faut laisser la place aux autres. Je trouve que c’est une drôle d’ironie, après avoir si fortement souhaité qu’il s’accroche, de lui demander de lâcher…

A priori il va quand même nous falloir choisir entre les deux autres options. Pour l’instant je penche plutôt pour la deuxième, mais à vrai dire, je n’en sais trop rien. (d’ailleurs, si vous avez des conseils, n’hésitez pas !! :)).

Publicités
Cet article a été publié dans Du côté médical, Qu'est-ce à venir?. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

49 commentaires pour The Show Must Go On

  1. Pas de conseil, je n’ai jamais eu à vivre ça… Je ne sais donc ce qui est le « mieux » (moins pire dirons nous). Mais plein de soutien et oui Show must go on, même si certains jours, c’est dur de repartir et poursuivre le combat ! Bises Apo

  2. La fille dit :

    J’en suis rendu à demander moi aussi à mon embryon de lâcher l’affaire. Cette blague quand on y pense. Biz

    • Kaymet dit :

      Oui je me dis que la vie a beaucoup d’humour quand même…. (même si je ne suis pas toujours hyper en phase avec son humour, mais bon, les goûts et les couleurs…)
      Bises ma belle

  3. barbidou2 dit :

    Alors je vais te parler de mon expérience. Plus JAMAIS de Fausse couche déclenchée par médocs à la maison. La douleur est vive certes et ce n’est pas juste gore : c’est l’horreur. Je ne veux pas laisser de trace de cela sur ton blog mais j’en parle ici http://www.bluesblogueurs.fr/attendre-dattendre/
    Va voir cela te donnera une idée.
    Alors effectivement le curetage est plus agressif pour ton utérus mais si par malheur cela devait se reproduire je demanderai un curetage. Psychologiquement, trop de traces…
    Ceci n’est que mon avis Kaymet. Fais comme tu sens malgré tout et quoi qu’il en soit je t’envoie toutes mes pensées…
    Bises

    • Kaymet dit :

      Merci pour ton témoignage Barbidou. Il me semblait bien que pour toi ça avait été l’horreur – ce que j’ai lu le confirme.
      En tout cas, ça aide à faire avancer la réflexion!
      Bises

      • Penelope6 dit :

        Je rejoins Barbidou. J’ai fait 5 fausses couche soit 3 naturelles, une sous cytotech et un curetage. Alors un conseil, sous médicaments je te déconseille. C’est vraiment un traumatisme. Le curetage est le mieux. Il faut qu’il soit bien pratiqué. J’ai eu de la chance car c’est mon gygy qui me l’a fait. L’avantage du curetage c’est que psychologiquement c’est mieux et c’est même mon gygy qui me l’a conseillé.
        Courage Kaymet…sois forte c’est un mauvais moment à passer. Malheureusement Dame Nature n’est pas super gentille avec nous !! Tu sais quoi on lui fait un « Fuck » ensemble »???? 1…..2……3 FUCK !!!!
        Je t’embrasse fort…je pense à toi

      • Kaymet dit :

        Merci Penelope, c’est super précieux d’avoir ton retour, toi qui a vécu chacune des situations… tu sais que je repense souvent à toi, et je me dis que ça a dû être tellement difficile de repasser par tout ça tellement de fois… j’espère que tu n’auras plus jamais à le faire, vraiment.
        Je te fais de gros gros bisous

      • Lorelai dit :

        Le curetage sans hésiter. Même si pour moi cela a engendré un « petit » problème supplémentaire : une synéchie (Google est ton ami). J’ai été opérée par le grand manitou de l’hystéroscopie. Un mois après j’étais enceinte, et pour de bon.
        De toute façon en ce qui me concerne le curetage était incontournable, on a détecté la FC à 10 SA, et l’embryon était mort depuis au moins 3 semaines. Donc peu de « chances » qu’il s’évacue de lui-même.
        Kaymet, je te souhaite beaucoup de courage. Et comme tu dis, il y a eu accrochage. C’est clair que ce n’est pas ce qu’on retient après une FC, mais après coup, finalement, c’est ce qu’on se dit.

      • Kaymet dit :

        La synéchie, ça me renvoie bien des années en arrière: 1ère hystéro en 2002, résultat ‘synéchie de l’endocol’ (je l’ai jamais oublié ce terme…) – tous les médecins que j’ai vu par la suite m’ont toujours dit ne rien voir du tout sur cette première radio, la 2ème que j’ai faite quelques années plus tard ne montrait rien non plus; n’empêche que pendant des années j’ai cru dans un coin de ma tête qu’il y avait un souci de ce côté-là…
        Merci beaucoup pour ton témoignage Lorelai – une fois de plus, ça m’est précieux.
        Bises

  4. C’est dur tout ça, je ne peux pas t’aider sur ces choix…. Mais je te souhaite de te remettre sur pied et de pouvoir redémarrer le tout…Et re sourire avec ton mari, c’est toujours bon signe en effet…Courage et bises

  5. Ma Kaymet, cela fait 3 fois que je ré-écris mon commentaire … je n’arrive pas à le tourner correctement … « ’il peut lâcher maintenant », « il faut laisser la place aux autres »… j’y ressens comme une impression de déjà vu … 😦

    • Kaymet dit :

      J’ai mis du temps à comprendre ton commentaire… mais j’ai compris. Effectivement, ça fait bizarre…
      Bises ma belle

      • Désolée, pourtant je m’y suis reprise à plusieurs fois !!! je ne savais pas comment dire les choses ! moi ça m’a réellement frappée en fait ! Si rapport il y a … alors maintenant la place est vraiment faite pour que vos bébés arrivent 🙂 j’y crois, j’y crois, j’y crois !

      • Kaymet dit :

        Oui – enfin elle le sera bientôt 🙂
        Bon, on va finir par les avoir nos grossesses en parallèle!! 😉

  6. céline dit :

    Hello, c’est un peu délicat comme conseil car chaque situation est unique, mais pour moi l’option curetage est la meilleure. Les risques de l’opération sont vraiment minimes (même s’ils existent) et ne sont pas irréversibles (ex. j’ai eu une inflammation de l’utérus due au curetage, qui s’est traitée par antibio 1 mois avant que l’IAC ne fonctionne). Mais dans tous les cas ça se passe en milieu hospitalier, donc c’est clean, sous contrôle, évidemment c’est traumatisant mais je pense moins que si ça se passe à la maison. Dernier avantage du curetage : l’anapath analyse l’oeuf/le sac après le curetage, et ça permet de dépister un éventuel souci (dans mon cas, une môle) et surtout de le traiter vite et bien. Dans tous les cas, je te souhaite bon courage car cette situation est terrible. N’hésite pas aussi à te faire aider après, ce n’est pas toujours proposé mais moi ça m’a sauvée car je suis tombée 4 mois après le curetage en dépression.
    Je t’embrasse et pense bien fort à toi.

    • Kaymet dit :

      Merci Céline. C’est vrai que c’est un choix très personnel. Mais les expériences des unes et des autres m’aident beaucoup à y voir plus clair, sur les options et sur leurs conséquences – même si chacune le vivra différemment.
      Merci encore pour ton témoignage.
      Bises à toi et à tes deux petits bonhommes

  7. Lily dit :

    Comme tu le sais peut-être, j’ai fait deux fausses couches et à chaque fois une aspiration. Pour la première, je n’ai pas eu le choix car la poche était trop grosse. Pour la deuxième, c’était mon choix. J’avais horriblement peur d’être seule chez moi à évacuer mes caillots de sang. J’avais entendu dire que c’était très douloureux et comme c’était ma deuxième fausse couche, je voulais que des analyses soient faites. Mais plus que tout ça, j’étais terrorisée à l’idée de voir mon embryon. Et pourtant, si c’était à refaire (et j’espère que ce ne sera plus jamais le cas !!! ), je prendrai un médicament. Car depuis mes fausses couches, mes règles durent deux jours et sont très légères. Alors il est très probable que mon problème d’endomètre fin soit une conséquence des aspirations. Concernant la douleur, les aspirations se font en principe sous AG (je te le conseille vivement). Pour la première, je n’ai jamais eu aussi mal de ma vie au réveil. Mais après une bonne dose de morphine je n’ai plus rien senti même le lendemain. Pour la deuxième, c’était dans un autre hôpital. Ils faisaient une préméditation et je ne sais pas si c’est grâce à ça, mais au réveil, je n’ai presque rien senti.
    Je te souhaite plein de courage pour ce moment pénible à vivre, surtout psychologiquement.
    Bisous.
    Lily.
    http://mamansansbb.wordpress.com

    • Kaymet dit :

      Merci Lily. Oui je me souviens de tes ‘deux poussières’ de 2011… ça a dû être une année bien difficile.
      Merci pour ton témoignage, qui me permet de prendre en compte le ‘côté obscur’ du curetage…
      Bisous

  8. Anna dit :

    Juste pour faire entendre une autre voix : j’ai choisi la voie médicamenteuse pour ma 3ème fausse couche, et je ne l’ai jamais regretté. Oui c’était douloureux, oui ce n’était pas beau à voir. Mais j’avais besoin, dans ma tête, de voir que c’était fini pour le savoir. M’endormir enceinte et me réveiller l’utérus vide… Si j’avais dû je l’aurais fait, mais je ne voulais vraiment pas que ça se passe comme ça.
    Si ça t’intéresse, tu peux aussi lire ce témoignage d’une femme qui a choisi d’attendre sur le blog de la poule pondeuse :
    http://www.poule-pondeuse.fr/2012/09/17/ma-fausse-couche-la-physiologie-oubliee/

    • Kaymet dit :

      Merci beaucoup Anna pour ton témoignage – 3ème fausse couche, que ça doit être difficile…!!
      Merci aussi pour le lien: il m’a permis de lire encore bien d’autres témoignages, de fil en aiguille, et me conforte aussi dans l’option naturelle (si possible, en fonction du temps que ça prend…).
      J’espère que la suite est pour toi plus heureuse.
      Bises

      • Anna dit :

        Oui, j’ai fini par avoir de la chance et tomber sur un gynéco qui, avec quelques questions, a compris ce qui causait mes fausses couches à répétition et qui n’était pas difficile à soigner. Je pense bien à toi.

      • Kaymet dit :

        J’aime ce genre de nouvelles; savoir identifier le souci, c’est un grand pas vers le bonheur.
        Bises

  9. 1001fecondites dit :

    Que de paradoxes dans nos parcours : souhaiter retrouver un espace utérin disponible après avoir tant espéré cette accroche ! Qu’il en faut de la flexibilité, de la capacité à rebondir et … un peu d’humour ! Je sais que vous êtes pleins de tout cela …
    Quand à savoir quelle est la meilleure option, c’est un choix bien complexe … j’imagine qu’outre les tenants et aboutissants purement médicaux, la gestion des risques, il y a aussi ton appétence (et celle de Mr ton mari) à vivre les choses en conscience, les accompagner, ou à les traverser sous anesthésie; dans le processus de décision et dans la préparation de l’une ou l’autre des options, peut-être que l’auto-hypnose (ou une séance personnalisée et accompagnée) peut t’aider. Si besoin, dis-moi (dispo demain ou jeudi). De tout coeur avec vous. Je vous embrasse fort.

    • Kaymet dit :

      Merci Estelle pour ta proposition.
      Ce que je cherche à travers les témoignage c’est justement comment les choses ont été vécues et gérées d’un point de vue humain; les aspects médicaux et les risques je les connais déjà dans les grandes lignes.
      A l’heure actuelle, ce que je souhaite vraiment, c’est que la fausse couche se passe naturellement. J’espère que ça pourra être le cas.
      Le côté ‘traverser sous anesthésie’ me fait réfléchir: la semaine dernière, après l’annonce à l’écho, je me disais que ce serait important pour moi de vivre physiquement la douleur pour faire le deuil de cette grossesse – mais finalement, la douleur que j’ai ressentie toute la semaine s’exprimait de telle façon que j’ai déjà le sentiment d’avoir souffert physiquement, même si l’embryon n’a pas encore été expulsé. Et aujourd’hui je n’ai plus l’impression d’avoir besoin d’une étape supplémentaire de deuil; même si bien sûr, mon ressenti peut changer. Du coup, pour moi la question ne se pose pas vraiment en termes de ‘en conscience’ ou ‘sous anesthésie’, mais plutôt en termes d’option ‘la moins pire’ parmi deux solutions de toute façon artificielles.
      Merci encore pour ta proposition d’accompagnement. Là tout de suite, je n’en ressens pas le besoin, pas sous cette forme. Si je change d’avis, je te ferai signe.
      Bises

      • 1001fecondites dit :

        J’espère avec toi, avec vous, qu’émerge de ce processus de deuil et de réflexion l’option « la moins pire » pour que s’ouvre la place … Je reste à vos côtés par la pensée et dispo si et quand tu le souhaite, sous une forme ou une autre. Bizzz

      • Kaymet dit :

        Merci beaucoup Estelle. Je t’embrasse

  10. Je suis vraiment désolée ma belle… J’espérais qu’il s’en serait allé tout seul sans que tu aies à te poser ces questions… Pour ma FC c’était ce qui c’était passé. J’opterais pour ma part effectivement pour le curetage. ça me fend le coeur de l’écrire. Je t’embrasse fort, et j’espère de tout coeur un nouveau joli petit ++++ très vite

    • Kaymet dit :

      Merci ma lueur – j’espère encore que l’embryon s’en ira tout seul. C’est encore possible, et ici ils ne me forceront pas la main pour une solution médicale; il ne faut juste pas que ça dure trop longtemps.
      Bises

  11. irouwen dit :

    J’ai expérimenté le cytotec à la maison. Peu de douleurs physiques, mais je n’étais enceinte que d’un oeuf clair de 7 semaines. Le curetage à l’hôpital cela me faisait peur. Beaucoup de tristesse, mais tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir.

    • Kaymet dit :

      Merci Irouwen pour ton témoignage. Je me dis aussi qu’à mon stade (arrêt vers 6 SA), il est possible que ce soit moins douloureux que pour d’autres. Ce que tu dis me conforte dans ce sens.
      Bises ma belle

  12. Lulu dit :

    Ma chère Kaymet,
    Aucune grossesse ne se ressemble, rien n’est comparable et chaque ressenti est différent… Bon, tout ça, tu le sais. Mais comme tu poses la question, je vais te dire, selon MON expérience, ce que j’en pense et ce qu’il en a été pour moi. En espérant que ça pourra t’aider pour faire ton choix.
    2 débuts de grossesses et 2 arrêts de grossesse comme tu le sais.
    L’an dernier, j’ai expulsé mes 2 embryons à la maison dans la nuit du dimanche au lundi (le curetage était programmé pour le lendemain matin, un lundi, les saignements avaient commencé la veille -le dimanche en début de soirée donc-). Gygyamp avait estimé la grossesse arrêtée à 7.5 SA (mais les expulsions ont eu lieu environ 10 jours après).
    Je n’ai JAMAIS autant souffert de ma vie. Un accouchement raté. J’ai tout vu. J’ai cru que j’allais y passer, mourir même : nausées, vertiges, douleurs insoutenables (tu te rappelles sans doute du mail que j’avais envoyé à la famille pour expliquer ce que j’avais pu vivre… c’est dans mon blog).
    Je m’étais promis que, si ça devait m’arriver à nouveau, je ne bougerais pas de l’hôpital tant que le curetage n’a pas eu lieu…
    et là, pas plus tard qu’il y a 2 semaines, pour ma 2ème grossesse, comme tu le sais, un œuf clair constaté (ouf ! pas d’embryon !) et expulsé naturellement (par voie médicamenteuse cette fois) et je n’ai presque rien senti… Gynéco3 ne m’a pas recommandé le curetage car œuf clair et donc pas d’embryon.
    Voilà ma belle. je ne sais pas trop quoi te dire d’autre. J’espère de tout cœur que tout se passera « relativement bien » pour toi.
    sache que je pense à toi, que je comprends ta douleur et te souhaite un bon rétablissement, très vite. Je t’embrasse.

    • Kaymet dit :

      Merci ma Lulu. Je me souviens de la lettre que tu avais écrite effectivement, et je viens d’aller la relire avec un regard neuf sur le sujet…
      Merci beaucoup pour ton témoignage. Comme celui des autres, il m’est très utile dans mes réflexions.
      Bises ma belle

  13. odileke dit :

    Kaymet, je pense fort à toi dans ces moments difficiles. C’est bien que tu aies eu différents avis, tu vas pouvoir te fier à ces expériences pour choisir toi-même. J’espère que cela se fera vite. Je te souhaite de retrouver espoir tout de suite, même si cela n’est pas envisageable ces jours-ci. Je t’embrasse bien fort.Odile

    • Kaymet dit :

      Merci beaucoup Odile. Ça me touche beaucoup que tu sois venue par ici. Je voulais t’écrire un petit mail (je vais y arriver ;)).
      J’espère que de ton côté ça va bien – je t’imagine dans un mélange d’émotions pas faciles à gérer.
      Je t’embrasse

  14. impatiente75 dit :

    Pas évident comme choix. Je ne suis jamais passée par là… Mais je crois que si cela arrivait, je choisirai la solution du curetage, même si, comme tu le sais, je suis un peu terrorisée par tout séjour en clinique ou hôpital… Je me dis que la douleur psychique est déjà très grande… Alors si on peut s’épargner cette douleur physique…
    En tous les cas, je pense fort fort à toi… Gros bisous

    • Kaymet dit :

      Merci ma jolie.
      Ce que je trouve un peu étrange dans ce ‘choix’, c’est qu’en gros, de ce que je comprends, j’ai soit l’option qui fait encore bien plus mal et est plus traumatisante que si ça se passait naturellement, soit l’option où la douleur physique et le côté ‘boucherie’ sont très très limités – c’est un peu le choix du ‘est-ce que tu es un peu maso, où est-ce que tu préfères faire un peu comme si de rien n’était’; pffff, mais ni l’un ni l’autre quoi! 🙂
      Merci pour tes pensées et ton avis, qui comme les autres me fait avancer aussi. Et un très bon week-end à toi, pour un lundi le plus zen possible – je penserai bien à toi.
      Bises

      • impatiente75 dit :

        Oui, c’est sur que le choix n’est pas bien simple, aucune n’étant réellement satisfaisante bien sûr… Prends la décision qui te convient le mieux, tu sauras faire le meilleur choix pour toi, j’en suis certaine. Merci pour tes pensées. Les miennes t’accompagnent également.. Bises

  15. lafilleauxcheveuxdelin dit :

    Bien triste « choix » à faire…Je ne peux te conseiller n’ayant pas vécu cela. je t’embrasse fort

    • Kaymet dit :

      Merci ma Linette. Oui c’est un drôle de choix, on ne nous prépare pas à ce genre de chose… enfin c’est vrai pour beaucoup de choses dans la vie.
      Gros bisous

  16. Mamzelle dit :

    Un petit conseil: j’ai fait une fausse couche en juin dernier. Je me suis fait un monde du cytotec, médicament qui provoque l’expulsion du sac embryonnaire. J’en avais des sueurs froides. Au final, rien du tout. J’ai bien pris les antidouleurs qui m’ont un peu anesthésiée. En une journée, tout est réglé, sans telles douleurs. Par contre psychologiquement, ce fut un peu plus dur…

    • Kaymet dit :

      Merci Mamzelle. Dis, tu en étais à combien de SA quand ta grossesse s’est arrêtée? Je me dis que sans doute lorsque la grossesse est jeune (comme dans mon cas), la douleur est moins forte…
      J’espère que pour toi aujourd’hui la vie est plus rose!
      Bises

  17. Curetage sans hésiter !

  18. sabine1 dit :

    bonsoir,
    j’arrive par hasard sur ton blog et je me retrouve malheureusement dans cette aventure… il m’est arrivée la même chose en début d’année. Il était bien accroché, trop bien même, on a cependant opté pour les médocs. Je m’attendais à en baver. Rien, RIEN, absolument aucune douleur. Il est parti sans douleur… quand j’en ai ensuite parlé avec ma gynéco, elle m’a dit que cela pouvait se passer aussi ainsi sans douleur. Il est vrai que j’avais morflé avant, terribles maux de ventre mais j’étais en voyage de noces en patagonie aussi fallait tenir. Et quand on est rentré, la 2e echo nous indiquant qu’il s’était arrêté ne nous a pas surpris., mais il était bien accroché.
    Fais comme tu le sens, mais ne reste pas toute seule.
    bon courage en tous cas et garde l’espoir.

    • Kaymet dit :

      Bonsoir Sabine, merci beaucoup pour ton retour d’expérience. Je crois que si j’avais la certitude que ça se passerait comme toi, j’opterais aussi pour ce choix. Mais j’ai eu très peu de maux de ventre jusque-là, donc c’est pas gagné. Et puis, visiblement, il y a beaucoup de cas où ça se passe beaucoup plus difficilement, et ça je ne m’en sens pas capable en ce moment.
      J’espère que tu gardes quand même de jolis souvenirs de ton voyage de noce, et que la suite est pour vous plus jolie.
      Bises

  19. Lisette dit :

    Je découvre ton blog et je vois que tu traverses une période bien difficile… J’admire ta capacité à y voir le coté positif, oui, un petit embryon s’est accroché…
    Je ne suis qu’une inconnue mais j’espère sincèrement que la prochaine fois sera la bonne…

    • Kaymet dit :

      Merci Lisette pour ton passage par ici – tes vœux pour la suite me touchent beaucoup.
      J’avoue qu’en ce moment, ma capacité à voir le côté positif est un peu en veilleuse; mais ça reviendra, je n’en doute pas trop.
      Je vais aller faire un tour du côté de ton blog.
      Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s