Perdue en mère

Je croyais que je remontais doucement à la surface. Je croyais aller mieux. Hier je me suis rendue compte qu’il y a encore bien trop de poids qui me retient au fond. Ce sentiment d’être barbouillée, d’être mal, ce n’est pas tant l’alcool de samedi soir, que mon corps n’avait plus l’habitude d’ingurgiter, même en quantités raisonnables, qu’un écœurement pur et simple ; je ne digère pas ce qui se passe, ce qui s’est passé. Je n’y arrive pas. Je me sens hyper fragile et j’ai l’impression de ne plus savoir comment avancer, comment continuer.

C’est comme si c’était la goutte de trop, le coup qui achève. Je suis tellement fatiguée de tout ça. Presque douze ans que j’encaisse, que j’avance quand même, que je me fraie un chemin dans cette infertilité inexpliquée ; mais là c’est trop. J’étouffe.

Je cherche l’expression de cette douleur. J’ai trouvé un texte sur l’impact émotionnel de la fausse couche, qui couvre de nombreux aspects et que j’ai trouvé pas mal – pour celles que ça intéresse, c’est ici. Et j’ai besoin d’exprimer la mienne de douleur. Alors je viens ici, la partager.

Je relis ce billet écrit il n’y a pas si longtemps. Je sais que le chemin est là, quelque part, pour retrouver l’espoir et aller de l’avant. Je regarde l’échelle des émotions, et je vois que j’oscille entre l’impression d’être submergée par tout ça, et la peur de ne jamais arriver à être mère, je ne suis pas tout en bas, mais je n’ai pas encore l’énergie nécessaire pour remonter. J’ai encore besoin de temps pour soigner mes blessures.

J’aurais tellement aimé que la fausse couche se passe naturellement. La semaine dernière, je suis allée voir mon acupuncteur – mon petit chinois, avec tous ses bocaux d’herbes et de racines. Je lui ai expliqué la situation, et il m’a préparé un mélange, m’a expliqué comment préparer ma potion magique, comment l’ingurgiter. J’ai suivi scrupuleusement les consignes, j’ai bu la potion pendant 3 jours. Je ne sais pas si ça aura un effet ou non ; pour l’instant je n’en ressens pas, mais a minima ça aidera à nettoyer l’organisme.

Demain on retourne à la clinique pour une nouvelle écho. Je voulais leur dire qu’on va encore attendre – mais hier je me suis rendue compte que je ne pourrai pas passer une semaine de plus à attendre, c’est au-dessus de mes forces.

On a décidé pour le curetage.

Au vu des expériences que vous avez partagées (merci, merci, mille fois merci !), il est possible que le médicament se passe relativement bien et sans trop de douleurs ou de difficultés, mais la probabilité semble bien plus forte que ce soit assez traumatisant. Et je me sens psychologiquement et physiquement incapable de vivre ça toute seule à la maison. Je me sens trop fragile.

Mr me conforte dans ce choix, me disant qu’il est quand même préférable que ce soit fait sous contrôle médical, et puis que côté produits chimiques, mon corps a déjà eu sa dose…

Mr et son épaule qui me soutient. Mr et son joli regard qui me fait tenir debout. Mr et son écoute qui accepte toutes mes peines. Mr et son amour qui m’enveloppe et me réchauffe. Mr sans qui je n’aurais sans doute plus la force de me relever.

La potion magique, en 3 étapes:

Etape 1 - le mélangeEtape 2Etape 3

Publicités
Cet article a été publié dans Ces moments-là, Ma vie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

70 commentaires pour Perdue en mère

  1. laqueteduplus dit :

    je n’ai pas vraiment de mots pour soulager ta peine mais je suis sûre que tu trouveras en toi et en ton mari la force de te relever.. je te souhaite bon courage et t’envoie tout mon soutien

  2. Lulu dit :

    Je dois t’avouer que je suis soulagée quant à votre choix. C’est le vôtre et donc, le meilleur. Si seulement moi aussi j’avais pu, ça m’aurait évité le drame et la souffrance dont je réalise que je parle encore trop souvent…
    Ton homme a raison et dis-lui que je le trouve top !
    Courage ma belle. Quand tout sera terminé, crois-moi, tu y verras plus clair.
    Je t’embrasse fort.

  3. céline dit :

    hello, je ne sais pas quoi te dire à part t’envoyer plein plein de force et de pensées pour l’intervention, et pour la suite. je t’embrasse

  4. Guenièvre dit :

    Difficile de trouver les mots qui pourraient de réconforter… Bon courage pour l’intervention; pour être passée par là, je pense que vous avez fait le meilleur choix, si dur soit-il.
    Si vous le pouvez, partez, loin, à deux, longtemps
    Je t’enbrasse fort.

    • Kaymet dit :

      Merci ma Guenièvre!
      On va essayer de partir au moins quelques jours. Pour l’instant, on n’a pas encore décidé quand et où, mais ça devrait se préciser bientôt.
      Gros bisous à toi et à ton petit bonhomme

  5. Perdue… comme je te comprends, c’est tellement dur de ne pas sombrer, de s’accrocher à un espoir fuyant au fil des échecs et une fausse-couche est j’imagine un événement traumatisant, tant physiqueemnt que psychologiquement. Et comme je te comprends quand tu parles de la peur de ne jamais arriver à être mère: je vis avec la même, chevillée au corps et à l’âme et qui bien souvent me fait tout voir en noir. Prends le temps qu’il faut pour surmonter tout cela à ton rythme et laisse toi dorloter et entourer d’amour. Courage. Bises. Apo

    • Kaymet dit :

      C’est terrible cette peur… le médecin qui me disait aujourd’hui quand je le questionnais sur les raisons possibles de la fausse couche: à votre âge, c’est 30 à 40% de risque de fausse couche… ça fait froid dans le dos quand même. Mais en même temps, on ne peut pas remonter le temps.
      Merci beaucoup pour ton soutien Apo.
      Bises

  6. LiliePMA dit :

    Quel moment difficile tu vis. Je pense bien à toi.

  7. PlumeQuiEnfante dit :

    Ça se passera bien physiquement. Tu seras entre de bonnes mains. Psychologiquement oui ça sera dur.
    Bises de courage

  8. irouwen dit :

    Ah c’est dur, très dur de garder la tête hors de l’eau. 12 ans c’est long, terriblement long, insoutenablement long et pourtant tu l’as fait. Quand je repense aux sensations, aux émotions, à mon « état » pendant toutes ces années d’attente, je me dis comment j’ai pu sortir de là, sans être détruite.
    Je pense que ce qui m’a « sauvé » au final, ce sont les échecs des deux fiv faites en France. Je ne me suis pas « acharnée » à en faire une troisième. Je ne voulais plus souffrir ni dans mon corps, ni dans mon coeur et ma tête (même si le don d’ovocyte pose d’autres questions), je voulais donc me donner « toutes les chances » de réussir.
    Je pense que lorsque vous allez évoquer la perspective d’une nouvelle tentative, tu vas retrouver de l’énergie positive, l’envie d’y croire encore. Mais il y a ces 12 années derrière toi, cette fausse-couche, l’infertilité inexpliquée, donc beaucoup d’incertitudes, de questionnements.
    Il faut sans doute, obtenir un minimum de réponse du corps médical (examens poussés au niveau de tes anti-corps, vascularisation de l’endomètre, culture prolongé des embryons, fragmentation de l’adn pour toi et ton chéri, etc….). Pour pouvoir envisager la suite sous de meilleurs auspices.
    Je voudrais te dire que tu vas sortir de l’amère, pour la mère, mais même si je te le souhaite vraiment, je n’ai pas ce pouvoir. Par contre, je peux te soutenir dans ce difficile parcours.

    • Kaymet dit :

      Merci Irouwen pour tes conseils. Tu me fais bien réfléchir, à chaque fois. Lors du rendez-vous aujourd’hui, j’ai questionné le médecin notamment sur les anti-corps: on m’en avait détecté il y a plus de 10 ans; je lui ai montré les analyses, et il m’a reconfirmé que ça ne pouvait pas avoir de lien avec la fausse couche, car les cellules sanguines du bébé ne se développent que vers 16 semaines de grossesse (enfin si j’ai bien compris l’explication, vu qu’on parle en néerlandais, c’est pas toujours évident…! En tout cas, il m’a dit que ce n’était pas lié); ils vont me refaire des analyses sur les anti-corps, mais ils ne font pas de recherche poussée, pas après ‘seulement’ une fausse couche. Il m’a expliqué qu’à mon âge (bientôt 39 ans), la qualité des ovocytes est moins bonne, et qu’il y a plus de risques d’anomalies chromosomiques chez l’embryon; que c’est souvent ces anomalies qui entrainent des fausses couches; et que les stats à 38 ans sont de 30 à 40% de risque de fausse couche… il faut prendre son mal en patience…
      Merci pour ton soutien.
      Bises

  9. impatiente75 dit :

    Je sais pas quoi dire pour soulager tes maux, douce Kaymet… La solution que vous avez choisie est la moins pire si je puis dire… Je suis sûre que tu retrouveras toute ta force, ton énergie dans quelques temps… C’est dans ta nature d’être forte, de fonctionner à l’instinct, de toujours envisager le positif, les différents chemins. Comme je te l’ai déjà dit, ton blog, tes mots, ton énergie, m’ont beaucoup aidé dans ma façon d’appréhender cette première FIV. Courage ma belle. Plein de pensées. Gros bisous

    • Kaymet dit :

      Je crois que tu m’as bien cernée 🙂
      Ton soutien, celui de chacune d’entre vous est déjà énorme et m’aide bien à avancer.
      J’ai hésité hier avant d’écrire ce post, parce que j’aimerais tant que mon blog soit surtout tourné vers le positif – j’avais presque l’impression que je ne pouvais pas vous faire ça….! (en même temps, ce n’est pas non plus le premier billet triste!) Mais finalement, je me suis dit que le plus important, c’est de rester vraie, et j’avais besoin aussi de partager tout ça.
      Merci pour tes pensées. Je pense aussi bien à toi.
      Gros bisous

  10. Gribouillette dit :

    Je ne sais que dire, et de toute façon mes mots sont bien peu de choses pour soulager ta peine.
    Mais je pense bien à toi et je te souhaite beaucoup de courage.

    • Kaymet dit :

      Les mots peuvent paraître peu de choses, mais en réalité, c’est un énorme soutien.
      Merci beaucoup ma Gribouillette. Je penserai bien à toi jeudi! (avant que je ne passe sur le billard 😉 )
      Bises

  11. Lily dit :

    Chère Kaymet, tu as le droit de te laisser un peu aller. Tu as le droit d’être triste. Donne-toi un peu de temps et le soleil brillera à nouveau avec un bel arc-en-ciel. Plein de courage pour ces jours d’orage.
    Bisous.
    Lily.
    http://mamansansbb.wordpress.com

  12. Lily dit :

    Un bisou aussi à ton mari aimant.

  13. barbidou2 dit :

    Merci pour le lien ma belle.
    Ce n’est pas facile je sais. Se projeter, s’imaginer enceinte et puis vivre des jours avec cet ange en attendant qu’il veuille se détacher … je te soutiens dans le choix du curetage.
    Je t’embrasse fort

    • Kaymet dit :

      Oui, j’ai pensé à toi en mettant le lien, je me suis dit que ça pourrait t’intéresser.
      Merci Barbidou pour ton soutien. L’opération sera jeudi – au moins ce sera une étape de passée.
      Gros bisous

  14. Ma belle,
    Tu as tout simplement le droit d’être malheureuse et de le dire. Ce qui t’arrive est tellement douloureux. En fait, vu de l’extérieur et sans aucune expérience en la matière, je trouve que les arguments de ton homme sont assez convaincants. Mieux vaut être entre de bonnes mains. J’ai hâte pour toi que tout ça soit derrière toi, que tu puisses avancer vers le bonheur et que tu puisses concrétiser ton vœu le plus cher… car la prochaine sera la bonne … je l’espère de tout mon cœur pour vous. courage. bises

    • Kaymet dit :

      Merci mon petit panda tout doux. Merci de me dire ça – comme je le disais à Impatiente, j’avais presque l’impression de vous trahir un peu avec ma tristesse… En même temps, il faut bien qu’elle s’exprime, et puis ça fait partie du parcours, je ne voudrais pas non plus le nier.
      C’est ce jeudi que je serai en de bonnes mains… et puis en effet, ça fera du bien de passer à autre chose.
      J’espère que tu as raison pour la suivante. Ce sera après TA bonne nouvelle, que j’attends avec impatience.
      Bises

      • Point de trahison ma Kaymet, la trahison serait de nous cacher ce que tu ressens vraiment… nous t’aimons et nous avons besoin de te soutenir… tu sais « pour le pire et le meilleur ». Je sais notre souhait de donner de la gaité dans ce monde … cruel. Mais le rayon de soleil c’est toi… toi et tes jolies qualités humaines. Alors exprime toi 🙂 après la pluie, le beau temps .. j’ai hâte de te voir briller à nouveau. Quant à ma bonne nouvelle : que le dieu de la PMA t’entende 🙂

      • Kaymet dit :

        Ton commentaire m’a énormément touchée.
        Merci 🙂

  15. Palomina dit :

    Coucou Kaymet. Ton état est compréhensible et je connais bien cette peur de ne jamais être mère. J’ai l’impression pour ma part qu’elle ne me quitte plus depuis plusieurs moi mais j’apprends à l’apprivoiser. Avec le temps j’arrive à ne plus lui laisser toute la place parce qu’elle peut-être paralysante et fait incroyablement mal. Il te faudra du temps.. c’est paradoxal car ce temps qui passe il nous fait mal lui aussi.. Courage douce Kaymet! Il y a 2 choses qui me font du bien: 1/ me rappeler la chance que j’ai d’avoir mon chéri. Et comme toi je l’ai rencontré tard et je sais à quel point c’est pas facile de trouver cette bonne personne. 2/ les fleurs de bach n* 29 ‘dame d’onze heures’ je ressens vraiment l’effet réconfortant et cela m’a aidée ponctuellement à gérer ma peine et à tenir le coup notamment au boulot. Tu connais déjà peut-être.. Je pense bien à toi pour les prochaines étapes. Je suis sûre que tu trouveras la force pour faire face. Je t’embrasse.

    • Kaymet dit :

      Tu as raison, on vit constamment en plein paradoxe. Il faut se laisser le temps de se remettre de toutes ces épreuves, mais du temps, on en manque et il faut pouvoir se relever rapidement.
      Je n’ai jamais testé les fleurs de Bach (ça m’a fait rire d’ailleurs de lire le billet du jour de Plume après avoir lu ton commentaire 😉 ), mais je me dis pourquoi pas?
      Merci pour ton soutien.
      Gros bisous

  16. Lisette dit :

    Laisse toi du temps tu sais, tu vis de grandes souffrances dans ton corps et dans ta tête, on serait sous l’eau à moins que ça… Ce que tu traverses me semble terrible et tu as le droit d’avoir l’impression de couler et de le hurler, tu as le droit de venir écrire 20 fois par jour que tu sombres, tu as le droit de pleurer et de trouver ça tellement dur et injuste. Et peu à peu, tu retrouveras un petit coin de ciel bleu sur ton horizon, ton mari aidant, tu reprendras pied. Prends le temps de te faire du bien, de demander du réconfort, tu en as bien besoin… Je crois que tu fais bien de choisir de finir tout ceci sous contrôle médical, peut être y trouveras tu aussi une écoute, un peu d’entourage dans ce moment plutôt que seule chez toi…

    • Kaymet dit :

      Merci Lisette! Oui, ça fait du bien d’évacuer un peu de cette peine par ici… c’est vrai que c’est dur tout ça.
      Déjà d’écrire les choses fait du bien, mais alors de lire tous vos commentaires, c’est un vrai baume au cœur.
      Bises

  17. tessandco dit :

    Ce sera dur mais vous allez arriver à surmonter……douces pensées

  18. Je pense fort à toi et t’envoie tout mon courage pour cette terrible épreuve… bisous

  19. Choupinette dit :

    Je ne trouve pas les mots et pourtant ce vide, ce mal-être je l’ai connu et il est toujours en moi… Une douce pensée pour toi ma belle et plein de courage pour cette étape…
    Je t’embrasse bien fort.

    • Kaymet dit :

      Merci Choupinette, ça me fait plaisir de te lire – même si c’est triste de lire que ce mal-être ne te quitte pas, comme pour la plupart j’ai l’impression… Il va falloir faire avec. J’espère que tu survis à l’attente.
      Bises

  20. madamepimpin dit :

    Je t’envoie moi aussi plein de courage, j’ai vécu ce calvaire il y a quelque temps, bien sûr chaque expérience est différente, et je n’attendais pas depuis si longtemps mais ce que je peux te dire avec certitude c’est que le curetage me semble l’option la moins douloureuse pour ton âme. Le reste du chemin est dur, je comprends ta peine et tes mots me touchent. Il ne faut pas garder ce chagrin à l’intérieur, tu as raison il faut en parler pour mieux se relever. Je voudrais pouvoir t’enlever ta peine, et que plus personne ne vive jamais ça.

  21. La fille dit :

    Kaymet, quand je pensais qu’on allait me traiter pour une grossesse extra-utérine, ce qui m’étais le plus insupportable, c’était que tant que l’embryon était en moi (même mort), je ne pouvais pas passez à autre chose. J’étais prisonnière avec lui de mon corps. Je ne pense pas que tu puisses faire ton deuil de cette grossesse tant qu’elle n’est pas complètement finie. Et admettre ta tristesse (et qui ne le serait pas à ta place?), ça ne veut pas dire que tu baisses les bras. Sois indulgente avec toi-même. Ce que tu ressens est normal (sain même). Je t’embrasse.

    • Kaymet dit :

      Merci la Fille. C’est vrai que ça a été essentiel pour pouvoir passer à autre chose, de ne plus être dans cet entre-deux.
      J’espère que tout va pour le mieux de ton côté, et que tu peux enfin relâcher un peu côté stress.
      Gros bisous

  22. lafilleauxcheveuxdelin dit :

    Ma chère, ma douce Kaymet…
    Ta souffrance évoquée, avec malgré tout une certaine pudeur et retenue, me serre le coeur.
    J’aimerais tant pouvoir t’aider, mais hélas je suis, nous sommes, bien impuissants parfois…

    Comme disait Lulu plus haut, c’est votre décision, c’est votre choix, donc c’est la meilleur, le meilleur.
    Des bises, tout plein, tout plein…

  23. C’est dur…Je ne sais pas quoi dire. Tu es profondément malheureuse et c’est normal, et je ne sais pas quels mots sont les bons pour soulager ta peine et te laisser entrevoir qu’il y a une suite possible à tout ça, que rien n’est fini, que, ensemble, vous êtes forts, quoi qu’il arrive. Enfin…Courage. Je pense bien à toi.

    • Kaymet dit :

      Il n’y a pas de bons ou de mauvais mots – il y a tous ces petits mots, qui me réchauffent le cœur, et c’est déjà énorme.
      Merci ma belle, j’espère que ton ventre s’arrondit bien.
      Bises

  24. oh kaymet ç me brise le coeur de te savoir si mal… Je comprends ton mal-être, et je suis d’accord avec Lulu, une fois que ce sera enfin terminé, tu y verras plus clair, même s’il te faudra sans doute un peu de temps et du repos. Ce qui me rassure c’est que ton chéri est ultra présent, vous êtes très proches, en osmose, ça se sent. Toutes ses épreuves n’auraient-elles pas renforcé votre amour? vous ne seriez pas les premiers ! Le seul bon côté de la PMA… Je t’embrasse bien fort et je pense à toi

    • Kaymet dit :

      Oui je pense que tu as raison, l’amour se renforce du côté de chez nous, avec toutes ces galères.
      Merci pour ton soutien ma jolie et je te souhaite une longue couvade sereine.
      Bises

  25. Dame Ambre dit :

    Une amie a écrit ce texte.. il a aidé une personne déjà, et je me dis que peut-être, il peut t’apporter un peu d’écoute. Peut-être maintenant, peut-être plus tard..
    Douces pensées pour toi

    http://dame-blanche.over-blog.fr/article-penser-l-impensable-107655899.html

    • Kaymet dit :

      Merci beaucoup Dame Ambre, j’ai lu ce texte quand tu me l’as envoyé, et effectivement, je l’ai trouvé très beau et très juste. Je le relirai sûrement encore, à d’autres moments.
      Bises

  26. maye dit :

    Salut Kaymet
    Je pense bien à toi et je sais à quel point il est important d’éprouver ses blessures, de les pleurer avant d’envisager de les transformer et d’en faire une force. Dans nos sociétés où il faut toujours gagner du temps, toujours aller plus vite, nous oublions certaines étapes essentielles comme celle de faire un deuil. Prends tout le temps dont tu as besoin pour pleurer ta peine. Tu sais ce qu’elle représente et qu’elle compte dans ta vie à toi. S’apaiser pour continuer ensuite d’avancer et de construire. Une nouvelle étape demain alors plein plein de courage à toi et de belles pensées positives volent vers toi.
    De mon côté, je passe par toutes les phases et mon doudou aussi, c’est les montagnes russes à la maison côté émotion. On avance pas à pas. Parfois on se prend à rêver et d’autres fois, on reste bien sur la retenue. Notre coeur oscille entre euphorie et tristesse, peur à chaque nouvelle étape. Pour te donner, quelques nouvelles: 5 follicules (le contrat était de 4 pour continuer mais imagine ma déception en voyant les chiffres sur vos blogs) – finalement 4 ovocytes fécondés (FIV-ICSI) – 3 embryons dont deux transférés à J2 (samedi) et un congelé à J5 (mardi). Truc de ouf jusqu’à hier j’étais complètement stressée de ne pas savoir comment il allait, not petit dernier, tout ça me dépasse. Voilà maintenant, il faut attendre, attendre et encore attendre et je sais qu’à cette étape, nous ne pouvons plus rien contrôler et qu’à partir de maintenant tout se passe en moi. Je leur parle beaucoup à mes petits et de croire, d’avoir la foi m’aide à tenir. Je me sens éprouvée de tout ce qu’on vient de vivre et parfois épuisée. Alors oui, vous m’épatez toutes du courage et de la force que vous avez…je vous comprends tellement.

    • Kaymet dit :

      Merci Maye pour ton soutien. C’est vrai qu’il m’a fallu – qu’il me faut encore, dans une certaine mesure – ce temps de deuil. Pour donner toute sa dimension et toute son importance à cet événement.
      Très bien les résultats. Tu dois approcher de la prise de sang bientôt – je te souhaite de tout cœur que le résultat soit positif et que tu n’aies bientôt plus qu’à gérer le stress de la femme enceinte 😉
      Tu me tiens au courant, hein?

  27. Lily dit :

    Je t’embrasse ! Courage ! Les fausses couches sont les pires des épreuves !

    • Kaymet dit :

      Merci Lily – oui c’est une « drôle » d’épreuve à traverser… mais il parait que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort!
      Bises ma belle

  28. impatiente75 dit :

    Coucou Kaymet… Je voulais juste t’envoyer tout plein de pensées pour demain…Je penserai fort à toi… Gros gros bisous

  29. Penelope6 dit :

    Je sais ce que tu traverses Kaymet….Je suis restée deux semaines avec un embryon mort dans le ventre(grossesse de 2 mois1/2,) deux semaines sous médoc et un soir je l’ai expulsé et je peux te dire que PLUS JAMAIS.
    Le curetage c’est très bien crois-moi. N’est crainte tout se passera bien Kaymet.
    Je suis si triste pour vous car c’est une souffrance qui nous donne la sensation que quelqu’un nous arrache le coeur. Tout ce que tu ressens est normal. Tu as l’impression que tu ne te relèveras pas….moi j’ai mis un mois à m’en remettre.
    Kaymet tu t’en remettras et tu recommenceras parce que tu auras besoin d’aller jusqu’au bout psychologiquement. Prends le temps de récupérer. le plus important (c’est difficile à dire mais malheureusement c’est la réalité) c’est qu’on te l’enlève pour que tu puisses tourner la page.
    Je t’embrasse fort et je pense à toi
    Courage

    • Kaymet dit :

      Merci Penelope. C’est tellement important pour moi de pouvoir lire tes mots – de savoir que d’autres sont passées par là et qu’on se remet quand même.
      C’est vrai que le curetage s’est bien passé, et que ça aide à pouvoir regarder à nouveau devant nous.
      Gros bisous

  30. LiliePMA dit :

    J’espère que tu vas bien, je pense bien à toi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s