Mes enfants

Il y a V, le premier bébé dont je me souvienne, dès sa naissance. J’ai 6 ans. Il a déjà 3 grandes sœurs, toutes plus âgées que moi, mais pour moi il a toujours été mon petit frère – celui que j’ai toujours rêvé d’avoir.  Avec lui j’ai pouponné pendant de nombreux week-ends, pas mal de vacances. Plus grands on s’est un peu perdu de vue. [V est décédé il y a 15 mois, en attente d’un cœur.  Je n’ai pas pu aller à son enterrement, c’était le jour de l’insémination de notre IAC2… D’ailleurs, au passage, vous avez une carte de donneur d’organe dans votre portefeuille ? ça peut sauver des vies.]

Il y a E, la petite sœur des voisins du dessus. J’ai 9 ans quand elle nait. Ma mère qui ne travaillait pas alors l’a gardée pendant un an. Par la suite, j’étais chez eux tous les soirs ; ses parents m’appelaient ‘la grande sœur d’E’.

Il y a J et J, 1 an et 3 ans. J’ai 13 ans. La première fois que je suis payée pour garder des enfants [Quand j’y repense, faire garder des enfants si petits par une gamine à peine ado. Juste parce que j’étais ‘girl scout’ – les parents ne me connaissaient même pas. C’est un peu n’importe quoi …].

Il y a ce petit bonhomme d’à peine un mois, le petit-fils de ma marraine, que je surveille pendant quelques heures. J’ai tout juste 14 ans. [Pendant ce temps-là ils enterrent son oncle.]

Il y a T, 7 mois. J’ai 14 ans. Je me suis occupée de ce petit amour pendant 2 semaines un été, en présence de sa mère, de l’autre côté de la Manche.

Il y a N, A et M. 1, 4 et 8 ans. J’ai 15 ans. Un mois à m’occuper de ces trésors, deux étés de suite ; les parents sont là, travaillent en journée, partent parfois 3-4 jours en week-end, avec un des deux grands. [Ces moments quand N m’appelle ‘mommy’ ; ce moment quand mon frère P et sa femme I viennent me voir et où P me dit que quand ils auront des enfants, ils me les donneront pour que je m’en occupe… ma belle-sœur n’ayant jamais été une grande fan d’enfants].

Il y a S, mon filleul, fils de ma cousine. J’ai 17 ans quand il nait, à 1100km de chez moi.

Il y a M, 4 ans. J’ai 19 ans. Je vais la chercher tous les jours à la sortie de l’école, et je m’en occupe jusqu’à ce que ses parents rentrent. Parfois je vais aussi chercher son petit frère P à la crèche. L’été je pars avec eux et leurs grands-parents en Bretagne pendant 2 semaines.

Il y a ma petite nièce et filleule A, la fille de mon frère P, que j’aime d’amour comme je n’ai jamais aimé un petit bout. J’ai 19 ans quand elle nait, à plus de 6000km de chez moi. Je la vois tous les étés pendant plusieurs semaines – ici, là-bas, c’est souvent moi qui fais la navette seule avec elle. [Dire qu’elle va sur ses 20 ans… qu’elle étudie à moins de 500km d’ici – il faut vraiment que j’arrive à aller la voir, entre deux FIV…].

Il y a F, 2-3 ans. J’ai 21-22 ans. Je le garde de temps en temps pendant mes études, dans la ville rose.

Il y a tous ces enfants à qui j’ai donné un bout de mon cœur comme s’ils étaient un peu les miens – et qui me l’ont bien rendu. Il y en a d’autres qui sont passés plus ponctuellement, certains dont je ne sais même plus les prénoms.

Il y a aussi – sur un mode plus humoristique : N, S, S, S, O, et d’autres encore – un petit groupe de gars de ma promo, des amis très chouettes, loin de chez eux comme la plupart, et qui s’accordent à dire que je suis un peu leur maman, tellement je suis aux petits soins. Et je deviens ‘maman Kaymet’. Et puis H un peu plus tard, qui suite à un délire que j’ai oublié depuis, décide que J (mon ex-mari) et moi devons l’adopter, et se met à m’écrire des lettres en m’appelant ‘maman’ [En vrai, H était amoureux de J].

Et il y a ce moment, vers 22 ans, où je me dis que je ne veux plus m’occuper des enfants des autres. Où je me dis qu’il est temps que je me consacre aux miens. Où j’espère qu’un jour prochain je pourrai enfin réaliser ce rêve que j’ai toujours eu : avoir des enfants.

Depuis je n’ai jamais complètement réouvert mon cœur aux enfants autour de moi. Oui bien sûr, il y a F, le petit frère d’A, fils de mon frère P. Oui bien sûr, il y a A et S, les enfants de mon frère M, qui sont tellement adorables, et que j’adopterais sans hésitation si… même si je souhaite que ça n’arrive jamais. [Ma belle-sœur K, qui pendant des années me disait qu’elle ne savait pas si elle voulait des enfants – alors que je galérais déjà – qui m’a dit, bien des fois depuis la naissance de ses petits, que s’il devait leur arriver quelque chose, à mon frère et à elle, elle voudrait que ce soit nous qui nous occupions de ses enfants, et surtout pas sa sœur…]. Bien sûr il y a J, A, A, M, E (mon filleul) et T, les neveux de Mr. Bien sûr il y a J, mon filleul, et S et L – les enfants que je vois sans doute le plus souvent ces dernières années, et qui sont tellement importants pour moi. Bien sûr il y a tous les autres enfants d’amis (2,5 par famille en moyenne) : O, C, A, B, E, J, Y, A, M, R, M, A, L, T, T, S, L, S, T, L, A… d’autres encore dont j’oublie les prénoms.

Mais à aucun je n’ai pu vraiment offrir cet amour inconditionnel. Pour tous j’ai aujourd’hui une certaine retenue – presque rien parfois – mais cette impression que non, je ne pourrai pas me livrer tout à fait. Ce ne sont pas mes enfants. J’attends tellement de connaître mes enfants.

Facettes

Publicités
Cet article a été publié dans Flashbacks, Ma vie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

26 commentaires pour Mes enfants

  1. Je te souhaite de tout mon coeur de pouvoir rencontrer tes enfants, de pouvoir les aimer sans condition, sans retenue, comme tu n’aimeras jamais personne d’autre aussi fort… Je te souhaite de tout mon coeur de pouvoir donner tout cet amour qui est là, depuis toutes ces années, et qui explosera au grand jour quand tu seras maman.

  2. Je me suis souvent demandée si j’étais faite pour être mère, tant j’avais du mal à donner aux autres enfants, me sentant peu naturelle, tout en retenue. Contrairement à mon homme, très à l’aise. Mais je crois que ça n’a rien à voir, ça n’était pas mes enfants, tout simplement… Vivement les nôtres 😉 Baisers

    • Kaymet dit :

      Je pense aussi que le jour où tu auras tes enfants dans les bras, ça te semblera très naturel, et tu n’auras plus aucune retenue. Ce seront TES enfants, VOS enfants, et ça, ça change tout.
      Alors oui, vivement qu’ils soient là…
      Bisous

  3. gribouillette dit :

    Je me suis énormément reconnue dans ton article. J’ai adoré m’occuper des enfants des autres, mais au bout d’un moment, ce sont les notre qu’on veux. Je te souhaite ce bonheur très rapidement.

    • Kaymet dit :

      Je me suis aussi souvent reconnue dans tes billets quand tu parles des enfants que tu as gardés. 🙂
      Toi, en plus, tu travailles avec les enfants – c’est ce que j’aurais aimé faire, mais finalement j’ai choisi une autre voie. Et je me repose régulièrement la question de: et si je changeais… mais c’est une autre histoire.
      Oui, ce sont les nôtres que l’on veut. Et je te souhaite que les vôtres arrivent très vite.
      Bises

  4. irouwen dit :

    Kaymet
    Je me suis tellement occupé des enfants des autres tant professionnellement que personnellement, que je ressens très bien les émotions qui sont les tiennent à l’évocation de tout ces enfants qui sont passés dans ta vie !!!!!!!
    Je pense malgré tout que ces enfants sont un peu les notre au moment où nous nous occupons d’eux.
    J’aimerais que ton âme de mère soit le plus rapidement comblée, et que prochainement ce soit tes enfants à toi que tu évoques.
    Tendres pensées quotidiennes pour toi

  5. madamepimpin dit :

    Elle est longue, la liste des tes enfants dis donc Kaymet et j’espère que très vite elle s’allongera de ceux faits de ta chair. Je comprends bien cette tendance à ne plus pouvoir continuer comme avant, maintenant que cette absence pèse si lourd. Moi c’est pareil, avant chaque visite à un nouveau-né était une source de joie, d’émotion et d’espoir pour moi. Aujourd’hui ça me fait du mal.
    Gros bisous ma jolie Kaymet

    • Kaymet dit :

      Elle est longue la liste, oui – ma vie a longtemps tourné autour des enfants, avant qu’elle ne se mette à tourner plus précisément autour de mon désir d’enfants… peut-être que c’est ça le truc: les deux ne sont pas complètement compatibles.
      Gros bisous ma belle

  6. 1001fecondites dit :

    Pour tous ces enfants, ta présence dans leur vie aura été ou est aujourd’hui d’une grande importance, … et en même temps, comme tu l’écris, ce ne sont pas les tiens et il y a cette retenue bien compréhensible. Eux sentent bien ton âme de Maman, et sont impatients, tout comme moi, de rencontrer tes enfants. J’ai toujours imaginé que ce serait très spécial d’être tante par ma soeur 😉
    J’espère que les prochaines démarches seront celles de la rencontre avec vos enfants. Je vous souhaite tout le meilleur. Bizzz

    • Kaymet dit :

      J’aime ce que tu dis, merci 🙂 d’autant plus que tu en connais (plus ou moins) une grande partie des enfants cités…
      Merci pour tes souhaits et pour ton espoir
      Bisous ma belle (toujours un peu fiévreux…)

  7. La fille dit :

    Je suis aussi dans la retenue avec les enfants de mon entourage et de plus en plus. Je ne me sens pas légitime à m’occuper d’eux. Ils ne sont pas à moi, je n’ai rien à dire sur la façon dont ils sont aimés, éduqués, élevés. Mais on finira par les avoir, les notre rien qu’à nous. Biz

    • Kaymet dit :

      C’est difficile cette question de légitimité. J’évite parfois de dire des choses, parce que je me dis ‘qui suis-je moi, qui n’ai pas d’enfants, pour avoir un avis sur comment les élever?’; en réalité je m’autocensure, parce que des avis on a bien le droit d’en avoir – après (mais c’est comme pour tout), tout est dans quoi dire, pourquoi et comment.
      Mais on en parle souvent avec mon chéri, après avoir vu des amis ou des enfants de la famille: ‘quand on aura des enfants, on essaiera de faire ceci, de ne pas faire cela…’ – tout en sachant que le jour où on est parent, on finit souvent par faire le contraire de tout ce qu’on s’était promis de faire (enfin il parait…).
      Vivement qu’on les ait les nôtres quand même!
      Biz

  8. Contrairement à toi, je suis toujours restée distante avec les enfants .. peut être parce que j’ai toujours senti que ça serait compliqué pour moi d’avoir des enfants (ou en tout cas, c’était une peur que j’avais … que ce soit compliqué)… je te souhaite vivement de pouvoir offrir très vite cet amour inconditionnel … qu’ils te rendront sans aucun doute … tu feras une merveilleuse maman … tes enfants auront bcp de chance. tout plein de bisous

    • Kaymet dit :

      Merci ma petite boule de panda; moi aussi je te souhaite de pouvoir enfin vivre ce bonheur et cet amour sans limite.
      J’ai hâte qu’on se rencontre avec nos bouts de chou dans les bras.
      Tendres bisous

  9. lisette84 dit :

    Kaymet, j’étais au bord des larmes en lisant ce billet… Si tu savais comme je pourrais en écrire un similaire… Tu dégages une telle douceur, tu seras une maman merveilleuse et je te le souhaite de tout coeur… Ils ont de la chance tous ces enfants que tu as aimés…

    • Kaymet dit :

      Merci Lisette – j’espère que tu as raison, et que je serai une maman chouette (parce que ça voudra dire que je serai maman 🙂 ). Je nous souhaite à toutes d’être des mamans très bientôt. vivement que tu en saches plus demain pour ta suite.
      Bises ma belle

  10. Kaellie dit :

    C’est un article magnifique, plein de tendresse et d’espoir. Tu m’as émue aux larmes, je te souhaite de serrer très bientôt TES enfants sur ton coeur de maman.

  11. Je suis très heureuse que la vie t’ai mis tous ces enfants sur ton chemin, qu’elle t’ai confirmé et renforcé ton souhait de maternité, et qu’elle te donne aujourd’hui la force nécessaire pour y arriver… J’espère que la vie te comblera de bonheur à venir avec vos enfants dans vos bras… Des bises

    • Kaymet dit :

      Merci Bounty Caramel. Je me dis parfois que j’ai eu bien de la chance de pouvoir pouponner autant déjà dans ma vie. Et que si jamais on devait ne jamais avoir d’enfants, au moins, j’aurais connu ça….
      Bises ma belle
      (NB: j’aime bien le surnom ‘Tiken Jah’ Girl’ ;))

  12. Ping : Celle qui n’avait pas « rêver de materner  « Ti'punch contre Ti'bout !

  13. Ping : A quoi je sers? | unenfantpeutetre

  14. Ping : Une petite fée… | Boule de Mousse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s