Une pensée pour eux

A 13 ans, on croit qu’on est grand. Moi j’avais pas compris l’horreur dans les yeux de ma mère, ce jour où je suis rentrée de l’école et où je lui ai dit qu’un gars de ma classe s’était suicidé. L’horreur de l’acte m’avait choquée, pas celui de l’âge – je trouvais qu’on était grands déjà… Ce jour-là j’ai promis à ma mère que je ne ferai jamais quelque chose de semblable. J’ai toujours aimé la vie, mais je pense que dans les périodes les plus sombres de l’adolescence, je me suis raccrochée à cette promesse, comme une limite bienvenue.

Je n’ai jamais oublié Tim. C’était un gars sympa, mignon, drôle, populaire, qui avait une copine – bref, en apparence tout allait bien. Je n’ai jamais compris – je pense que personne n’a compris. A l’époque, il n’y avait pas de psy dans les écoles, alors j’en ai très peu parlé. Mais j’ai été hantée par cette histoire pendant des années ; j’y repensais chaque jour. Tous les films où quelqu’un se tirait une balle dans la tête me laissaient tétanisée, même 5-10 ans plus tard : Le cercle des poètes disparus, Arizona Dream… Un vrai traumatisme.

Aujourd’hui en entendant l’histoire de Mattéo, inévitablement, j’ai repensé à tout ça. J’ai pensé à la douleur des parents – inimaginable. Je pense aussi aux autres enfants, ceux qui l’ont connu. J’espère qu’ils sont bien entourés.

Memories

Publicités
Cet article a été publié dans Flashbacks, Tout et son contraire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Une pensée pour eux

  1. Palomina dit :

    Je viens de lire ce post et je le trouve très touchant. Peut-être parce que moi aussi je me sens très concernée par cette question surtout depuis la mort d’un ami il y 5 ans maintenant. Quand j’imagine son désespoir et son chagrin au moment de l’acte, ça me transperce de douleur, encore maintenant. Je pense à lui souvent, ce chagrin ne me quittera pas, je pense. Et comme toi, il y a certaines images que je ne peux pas regarder et certaines blagues (eh oui il y a des insouciants qui peuvent en rire) qui me font bondir!
    Je pense aussi qu’il n’y a pas assez de prévention, que c’est encore un sujet tabou, que le nombre de personnes qui meurent ainsi est énorme, je crois avoir entendu qu’il est aussi important voir plus que le nombre de décès par accident de la route. Mais on n’en parle pas. Est-ce parce que l’on considère que c’est un choix personnel? Est-ce parce que c’est honteux? Et les parents, la famille, les amis qui doivent faire face à ces terribles pertes… il n’y a pas grand chose pour eux non plus.
    Et il ne faut pas se voiler la face, nous les pmettes nous sommes une population bien plus en danger vis à vis de la dépression et des idées suicidaires, l’association Maïa a d’ailleurs mis en ligne un compte rendu de colloque édifiant à ce sujet.
    http://www.maia-asso.org/20060112106/infertilite-et-sterilite/bilan-de-l-infertilite/infertilite-sterilite-suicide.html
    A force de ne pas arriver à donner la vie, le désespoir et la douleur peut amener à vouloir mourir. Je le sais parce que j’y ai déjà pensé moi aussi. C’est bête mais quand que j’ai lu cet article, j’ai beaucoup pleurer, et je me suis sentie un peu rassurée comme si savoir que je ne suis pas la seule, à vivre cela comme ça était aussi un peu déculpabilisant. Parce que je m’en voulais sûrement aussi de ne pas être assez forte. Ce sont les échanges, les témoignages des personnes qui sont passées elles aussi par cela qui aident à avancer heureusement.

    Quelle chance nous avons tout de même de pouvoir échanger toutes ensemble!!

    • Kaymet dit :

      Palomina, ton commentaire me touche énormément. Je sais qu’il est difficile de réagir à ce type de post. Parce que comme tu le dis, le suicide reste un sujet tabou, un sujet très personnel, un sujet qui fait peur (comme la PMA?….). Et je suis d’accord avec toi: il y a trop peu de prévention, on n’en parle pas assez, et pourtant il y a énormément de victimes, surtout chez les jeunes. Je pense effectivement qu’une certaine honte rend ce sujet difficile (euh… la PMA aussi, non?…); il y a d’ailleurs beaucoup de familles qui refusent officiellement la ‘thèse du suicide’ – parce qu’elles se sentent coupables de n’avoir pas pu empêcher cet acte? Parce qu’elles ont peur que l’entourage pense qu’elles auraient pu l’empêcher? C’est difficile à dire, mais je pense qu’il y a souvent un peu de tout ça. Et puis finalement aussi l’influence judéo-chrétienne du pêché? (tiens d’ailleurs pour la PMA aussi, côté religion c’est pas simple… bref).
      En tout cas, oui, dans la PMA, on est plus en danger que les autres, car tout ce parcours détruit notre estime de soi, notre vision du bonheur et de ‘l’intérêt de la vie’ bien plus que la plupart ne peuvent l’imaginer.
      C’est vrai que ce désespoir peut amener à des envies de fin de vie. Et on ne peut pas être tout le temps fortes. Je me suis moi-même posée la question plusieurs fois: jusqu’où irais-je? Est-ce que ma vie a un sens si je ne suis pas mère? Et si profondément je pense que non, alors je fais quoi? Très franchement, je me suis parfois raccrochée à cette promesse que j’ai faite à ma mère; pourtant je crois que fondamentalement, je n’ai jamais voulu me suicider, je ne serais de toute façon pas passée à l’acte, mais c’est une promesse qui m’a permis de ne pas avoir à me poser vraiment la question.
      Par contre, j’en suis venue à me dire la chose suivante: si réellement je suis parfois mal au point d’avoir envie de me jeter dans le canal… alors autant faire de ma vie vraiment ce que j’ai envie d’en faire, parce que qu’est-ce que j’ai à perdre? Faire vraiment ce dont j’ai envie, c’est à dire mettre de l’énergie dans la vie que j’ai (qu’on a, avec mon chéri) envie de vivre, déménager là où on a envie d’aller, changer de boulot pour aller vers quelque chose qui nous correspond mieux, sortir de notre ‘zone de confort’ et prendre des risques au-delà de ce qui est parfois considéré comme ‘raisonnable’. Parce que finalement, si j’ai choisi de vivre, alors autant ne pas vivre à moitié. Enfin, tout ça est encore en partie théorique, mais je pense qu’on est en bonne voie.
      En tout cas, tu as mille fois raison: quelle chance nous avons de pouvoir échanger toutes ensemble!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s