Le fil des jours

J’avais lu Lettre à une mère de René Frydman il y a 1 ou 2 ans. Je l’ai relu ce soir, avec une émotion toute autre, avec des larmes aux coins des yeux.

Ces larmes qui s’invitent de plus en plus souvent, à des moments parfois inattendus – qui bouleversent Mr aussi.

Le temps qui passe à son rythme, au rythme de l’attente.

Les nausées – et plus parfois – qui m’accompagnent toujours.

Les annonces émouvantes, au téléphone, puisqu’il nous est difficile de faire autrement.

Les prénoms qui se bousculent, et dont on parle parfois, un peu malgré nous.

Les livres commandés qui se perdent – pour la première fois depuis tant d’années – comme pour me dire encore patience, chaque chose en son temps.

L’échographie qui trône sur le frigo, et qui attend la suivante… qui l’attendra encore une semaine.

« Je manipule le désir, je l’emmène très loin, par des voies médicales qui n’ont rien de paradisiaques. Il y perd sa poésie, je le sais, je le vois dans les yeux des femmes et des hommes. Mais il passe tant d’épreuves qu’il s’aguerrit. Sans lui, je ne peux rien. Je m’appuie sur lui, comme ces couples à l’étreinte stérile s’appuient sur moi. »

« Tout le monde vous croit sur les sentiers fleuris et rassurants de la maternité, vous êtes ailleurs, funambule, entre bonheur et bouleversement. Ne cherchez pas à ressembler aux icônes maternelles. Et tant pis si le monde vous fait les yeux doux, s’il vous croit tout harmonie, quand vous n’êtes que cacophonie, tiraillée par les contradictions. […] Tout est ambigu, surtout le désir. »

« Prenez le temps d’accepter ce qui vous arrive. La grossesse est comme le sablier, elle s’écoule lentement. Irrespectueuse de notre époque, qui prohibe l’attente, efface la distance, se gargarise d’images. Effrontément secrète, tant l’essentiel y est invisible pour les yeux. La grossesse n’est pas moderne. Elle ne change pas. C’est neuf mois. Ne gommez pas ce temps-là. Les détails, un jour, échapperont à vos souvenirs, mais je voudrais qu’ils laissent dans votre mémoire une profonde et belle trace. »

« Et j’entends l’angoisse de ceux qui ont mis des années à voir éclore l’espoir d’une descendance. Pour eux, l’échographie n’est pas une promesse, tout juste le permis d’y croire. »

« Les enfants de la médecine naissent comme les autres de la volonté, de l’amour d’un homme et d’une femme. Je ne fais, moi, qu’aider le désir à se nicher. »

Lettre à une mère, René Frydman

Tulipe

Publicités
Cet article a été publié dans Bonheurs, Ma vie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

22 commentaires pour Le fil des jours

  1. loLo dit :

    C’est joliment dit. Bisous jolie funambule…

  2. Barbidou2 dit :

    Drôle d’émotion quand je lis ces mots … C’est vraiment à moi qu’il parle, à nous devrais je plutôt dire …
    Plein de bises ..

  3. Bichon Rose dit :

    Magnifiquement écrit, j’en reste émue par ces mots.
    Bises

  4. C’est fou comme ça sonne vrai ce qu’il dit…
    Ces attentes entre écho ne sont pas des plus faciles… Mais je te sens très positive, c’est un plaisir 🙂
    Bonne suite!
    Bises

    • Kaymet dit :

      Oui c’est très très vrai tout ce qu’il écrit!
      Par ici, je reste positive oui, même si j’ai hâte d’être à la prochaine écho, forcément 🙂
      Bises

  5. J’ai hésité à acheter ce livre la dernière fois que je suis passée à la librairie et l’avais finalement reposé. Mais là, juste les extraits m’ont arraché des larmes…Je l’embarquerai à la prochaine virée bouquins! Bises à toi…

    • Kaymet dit :

      C’est vraiment un très beau livre.
      Il est court, se lit vite, mais je sais que je le relirai encore et encore dan les mois qui viennent.
      Comment vas-tu? Bientôt la rencontre, non? J’espère que tu viendras donner de tes nouvelles – chez toi, ici, où tu en auras envie 🙂
      Bises ma belle

  6. Que c’est bien dit… Rien à ajouter. Bises

  7. Guenièvre dit :

    René Frydman, mon Dieu.
    Que sa descendance soit bénie sur 15 générations, et que ses pas se voient couverts de roses et de perles.

    Ca laisse entrevoir à quel point je vénère cet homme ?! 😉

  8. Lily dit :

    Je vais m’acheter ce livre. Merci !

    • Kaymet dit :

      Comme je disais à Barbidou, il est très court et se lit très vite, mais c’est un vrai plaisir, et je sais que je le relirai encore à plusieurs reprises dans les mois qui viennent.
      Bises

  9. celine dit :

    merci pr cet extrait.c est si bien dit… j crois que ce sera mon achat « post écho » la semaine prochaine…..
    bises

    • Kaymet dit :

      C’est vraiment un beau livre – court, qui se lit très vite, mais qui se relit aussi avec plaisir. En plus il y a des jolies photos aussi.
      Et tu viendras nous raconter l’écho? (puisque je pense que tu n’en parleras pas sur ton blog 😉 )
      Bises

  10. 1000myrtilles dit :

    Quel beau texte ! Je crois bien que je vais rapidement me procurer ce livre ! Merci pour le partage !

  11. laceriserose dit :

    Tellement vrai !!! Et j’aimerais ajouter : « Effrontément secrète, tant l’essentiel y est invisible pour les yeux » et les émotions particulières à chaque instant, chaque étape ; ne laisse pas les autres ,ceux et celles qui ont toujours tant de choses à dire, te griller ces étapes, les déflorer ou les sublimer ou encore les minimiser … bref, écoute-toi, et reste dans ta bulle si tu en as besoin !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s